• English
  • Français
  • AVENIR AVENUE (PREQUEL)
    AVENIR AVENUE (PREQUEL)
 

Emmanuel Galland et François Lalumière n’en sont pas à leur première collaboration en duo. On a pu voir leur travail à articule en 2010 avec l’intervention Retourne-moi / Invert Me Out. Les deux artistes s’étaient alors employés à recréer une version inversée de la devanture du commerce voisin, la Maison du peintre, en reproduisant minutieusement tous les produits présentés en vitrine, les revêtements extérieurs ainsi que l’enseigne de la boutique à même la façade de la galerie. Avec Avenir Avenue (Prequel), les artistes prennent d’assaut la grande salle de CLARK en y disposant des barrières à ruban rétractable habituellement utilisées pour contenir et orienter les gens dans différents contextes. Les artistes créent ainsi un dispositif-piège qui remet en question les usages courants en ce qui a trait à la mise en exposition des œuvres en galerie et à la circulation des visiteurs. Pour accéder à l’exposition, le visiteur doit suivre un parcours déterminé par les artistes, sorte de passage obligé vers l’inconnu, qui dirige le regard et le corps. Le visiteur a peu de recul pour voir les œuvres et doit constamment faire attention où il met les pieds pendant qu’il les examine. Et, bien qu’au premier abord une direction semble donnée à ce parcours, il n’y a ni début/entrée ni fin/sortie à cette proposition déambulatoire qui joue sur les contradictions. Les images lisses de différentes tailles et aux connotations diverses qui tapissent les murs de la salle font de Avenir Avenue (Prequel) une exposition-collage. Aucun cartel n’accompagne ces images, évacuant ainsi toute indication quant à leur nature et excluant toute notion d’auteur. Cette indifférenciation fait contrepoint à l’hybridation des éléments de cette exposition, qui joue sur une succession de croisements et de transits. Le titre de l’exposition, et particulièrement le terme prequel ou « antépisode », sert à présenter son origine en une sorte de flashback ou de retour en arrière, comme une prémisse. Les photographies des artistes à l’âge de 19 ans en sont une des manifestations les plus évidentes. Ces deux portraits de grand format, présentés en hauteur et en angle, marquent une présence constante des artistes, ici à la fois maîtres et surveillants de nos dérives. Les artistes ont également exploité le sol de la galerie en y reproduisant à l’échelle le plan de la salle, qui sert de mise en abyme du lieu d’exposition. S’y ajoutent au centre une figure étoilée représentant les quatre points cardinaux et, de façon éparse, le motif récurrent de l’exposition – la flèche – répété ici et là. Par contre, plutôt que de nous guider, ces multiples flèches nous font perdre le nord. Avenir Avenue (Prequel) illustre un devenir autant individuel que collectif, et, par le dispositif mis en place par les artistes, vise à nous amener à nous interroger sur notre propre conditionnement. Le dialogue de deux pratiques artistiques, celle de Galland, consacrée aux icônes collectives qui circulent dans notre société, et celle de François Lalumière, tournée entre autres vers des interventions urbaines, sert de métaphore au concept de parcours artistique et à une négociation esthétique intégrant idées, matières et processus. Manon Tourigny

François Lalumière présente actuellement sa première exposition en solo – « Éphémère et invisible » – à L’Écart à Rouyn-Noranda jusqu’au 28 sept 2014. Ses œuvres sont aussi présentées à Brooklyn – Café, Atelier, Showroom à Montréal [http://brooklyn-mtl.com]. Lalumière a étudié en Studio Arts à l’Université Concordia et une année à l’Université Paris 8. Depuis 2008, son travail a été vu lors de nombreux événements ou festivals principalement à Montréal : à DARE DARE, Eastern Bloc, Zone HOMA, Chantier libre, ESPACE PROJET Art contemporain + Design, MASSIV’art, Nuit blanche / Art souterrain, ESPACE F (Matane), Short & Sweet et au Studio XX et au OFF-Fringe. Il a réalisé plusieurs interventions urbaines. Cet automne, il fait partie du Festival Phénomena avec la performance « Summoning aesthetics... » conçue en collaboration avec Andrew Tay. Emmanuel Galland est artiste et commissaire d’expositions. À la fin du XXe siècle, il a connu plusieurs années d’hyperactivités suivies d’une longue séquence de jachère. Il paraît qu’il se trouve généralement là où on ne l’attend pas. Travailleur de l’ombre depuis quelques années, Le Lobe l’a accueilli, Québec l’a VU et l’Oeil de Poisson a soutenu son attention. En octobre prochain, il sera en résidence de création au Centre Bang à Chicoutimi, un territoire déjà exploré précédemment. L’exposition de groupe « PEUT MIEUX FAIRE – Cahiers d’exercices » dont il est l’initiateur est portée par le Centre CLARK et le programme Le Conseil des arts de Montréal en tournée sur la période 2014-2015. Une nouvelle version sera aussi diffusée au Centre national d’exposition – CNE de Jonquière cet automne.

Les artistes aimeraient remercier l’équipe du Centre CLARK, Debna, Jean-Charles Claveau, Lyn Dagau, Léa Grantham, Eric Filteau, Caroline Hayeur, Sam Lam, Lady McBouth & Yang, Peter Pilot, Elisabeth Robichaud, Pat Bern, MIERE INVESCO, Photosynthèse et TRAN & TRAN cabinet dentaire.

Salle 1
  • François Lalumière
  • Emmanuel Galland
AVENIR AVENUE (PREQUEL)
AVENIR AVENUE (PREQUEL)

Les images lisses de différentes tailles et aux connotations diverses qui tapissent les murs de la salle font de Avenir Avenue (Prequel) une exposition-collage. Aucun cartel n’accompagne ces images, évacuant ainsi toute indication quant à leur nature et excluant toute notion d’auteur. Cette indifférenciation fait contrepoint à l’hybridation des éléments de cette exposition, qui joue sur une succession de croisements et de transits. 

AVENIR AVENUE (PREQUEL)

Les images lisses de différentes tailles et aux connotations diverses qui tapissent les murs de la salle font de Avenir Avenue (Prequel) une exposition-collage. Aucun cartel n’accompagne ces images, évacuant ainsi toute indication quant à leur nature et excluant toute notion d’auteur. Cette indifférenciation fait contrepoint à l’hybridation des éléments de cette exposition, qui joue sur une succession de croisements et de transits. 

AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 01
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 02
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 03
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 04
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 05
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 06
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 07
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 08
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 09
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 10
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 11
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 12
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 13
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 14
AVENIR AVENUE (PREQUEL) - 15