• English
  • Français
  • Raúl Aguilar Canela, «Template», 2016.
    Raúl Aguilar Canela, «Template», 2016.
 

SEEING EVERYTHING: Notes sur les tableaux de Raúl Aguilar


« Songez à la chance inouïe de la génération qui disposerait de la fin du monde. C'est aussi merveilleux que d'assister au début. » 
     Jean Baudrillard, Fragments:  Cool Memories III, 1990-1995

« On m’appelle Le Gardien. J’ai prêté serment d’observer et d’enregistrer les grands événements qui ont lieu dans ce secteur de l’univers. Ma malédiction est de devoir toujours témoigner sans jamais participer. Je dois respecter cet engagement, même à la veille de l’Armageddon ».
     Uatu, Le Gardien, Marvel Comics

Que peint un peintre, arrivé à la fin du monde? Cette question semble animer la pratique de Raúl Aguilar, qui crée des tableaux délicieusement colorés et kaléidoscopiques, mais empreints d’appréhension. Face à ce défi, l’artiste offre des directives précises : « Élevez-vous au-delà du présent et observez d’en haut, comme une mouche à 6000 yeux. Faites dissoudre votre égo pour atteindre un état de conscience puisé aux archives de l’humanité. Effacez votre anxiété personnelle. Bref, soyez zen ». Donc, ce qu’il faut c’est de l’ouverture, du détachement et de la discipline. Devenir un yogi, un voyant.

Maître de plusieurs styles, Aguilar conçoit d’amusantes enveloppes d’espace pictural qui lui permettent de jouer à cache-cache en utilisant un lexique idiosyncratique. Le symbolisme patent du cadavre pulvérisé de Mussolini, des chaînes, des canons de fusils, des globes oculaires qui transpirent se mêlent aux moulinets, aux perspectives topologiques, à l’héraldique, à l’architecture, et aux organigrammes psychédéliques. Dans un mélange très libre de grandeurs d’échelle et de spectaculaire juxtaposé à un mode mineur, les images d’Aguilar – lorsque stratégiquement regroupées sur un mur – savent s’insinuer dans notre espace psychique et nous transporter.

Remplis d’indices et d’allusions, ses tableaux m’ont amené à retracer le portrait d’un gentilhomme au Prado, à googler un postimpressionniste hollandais ésotérique, à mettre à jour mes connaissances sur Marvel Comics. Ils m’ont également renvoyé aux écrits de Carlos Castañeda. Est-ce à cause de l’héritage mexicain d’Aguilar lui-même, ou de l’impression d’un imaginaire infusé de désert et de mystère qui se dégage de ses toiles, du visuel augmenté et des réseaux entrelacés dans son œuvre, ou de ma propre obsession avec les livres de Don Juan et le réalisme magique sud-américain en général?

Par-dessus tout, c’est la profondeur de l’intention d’un artiste qui m’interpelle. Comme je suis de nature romantique, cela correspond à l’intensité de cœur, d’âme et de vision (appelons ça comme on voudra) présente chez un peintre ou dans ses tableaux. La phrase la plus souvent citée de Don Juan de Castañeda est la suivante : « Avant de s’aventurer sur un chemin, quel qu’il soit, il est impératif de se demander si ce chemin a du cœur.. »

Enfin, Raúl Aguilar est-il un jeune peintre branché qui joue avec l’imagerie tous azimuts de notre culture en déclin, ou est-il plutôt un chaman yaqui du 21e siècle qui nous fournit des cartes pour guider un voyage intérieur? La réponse à cela dépend-elle peut-être autant du chemin sur lequel on se trouve que de celui qu’Aguilar a choisi de suivre. 

- David Elliott (traduit par Susanne de Lotbinière-Harwood)


Raúl Aguilar est un artiste mexicain basé à Montréal dont la démarche explore principalement la peinture comme une pratique post-médium. Il a obtenu un baccalauréat en Relations Internationales de l'Universidad de las Américas Puebla (2011), ainsi qu'un baccalauréat en Studio Art de l'Université Concordia (2014). Son travail a été exposé à Montréal, ainsi qu'au Mexique. Pour sa première exposition individuelle au Centre CLARK, I’ll Teach My Kids How To Be Aesthetically Correct, Raúl continue son exploration de la discipline picturale à travers un large éventail de styles et de genres. 

L'artiste aimerait remercier Marcela Borquez, David Bellemare, Marcelino Barsi, Marx Ruiz Wilson, Matthieu Bouchard, Pier-Anne Mercier, Oswaldo Salazar, David Jaime, Abraham Mercado, Alina Canela et Juan Antonio Aguilar. 

Salle 2
  • Raúl Aguilar Canela
I’LL TEACH MY KIDS HOW TO BE AESTHETICALLY CORRECT

EXPOSITION /
2 NOVEMBRE AU 9 DÉCEMBRE 2017

VERNISSAGE /
JEUDI 2 NOVEMBRE, 20H

PRÉSENTATION D'ARTISTE /
SAMEDI, 11 NOVEMBRE, 15H