• English
  • Français
  • Jillian McDonald
    Jillian McDonald
 

Artiste canadienne installée à New York, Jillian McDonald s’intéresse aux univers fantastiques que lui inspirent les films d’horreur. Dans ses dessins, performances, vidéos et œuvres médiatiques, zombies et personnages masqués surgissent de manière insolite dans divers paysages urbains ou ruraux. Cette atmosphère d’étrangeté imprègne l’œuvre Valley of the Deer, un projet né à la suite d’une résidence que McDonald a effectuée en Écosse dans le cadre de la Glenfiddich International Artists’ Residency. Dans l’exposition présentée à CLARK, une triple projection vidéo révèle une imagerie associée à l’Écosse : paysages brumeux, landes verdoyantes et hommes portant le kilt. La faune (moutons, cerfs, chouettes effraies et chevaux) y joue un rôle important et apparaît dans la majorité des séquences. Des hommes et des femmes figurent également dans ces paysages pittoresques, mais ils portent des masques d’animaux. On pourrait y voir une référence à l’animisme, qui attribue aux esprits des défunts ou des divinités animales une force qui peut être bienfaisante ou non. Ces personnages, à mi-chemin entre l’humain et l’animal, apparaissent et disparaissent du paysage, de sorte qu’ils semblent autant peupler l’imaginaire que le réel. Cet effet d’entre-deux s’amplifie lorsque des figures animales sont incrustées dans certaines images, ce qui rend les scènes encore plus étranges. Dans cette œuvre d’une durée de plus de vingt minutes, il n’y a aucune structure narrative à proprement parler. Il s’agit surtout d’une suite de scènes singulières où se superposent des univers parallèles provenant de légendes et de mythes écossais qui perdurent depuis des siècles. La trame sonore, composée de sons captés sur place, de cornemuse et d’une voix féminine, agit comme une incantation magique.

Sur un des murs de la salle, l’artiste a réalisé in situ une série de dessins en rouge et noir, une galerie de portraits qui font écho à la vidéo. Émergeant de la surface du mur, animaux et personnages se transforment en présences fantomatiques. En complément de cette installation en salle, les visiteurs peuvent poursuivre l’expérience en utilisant l’application Layar disponible sur toutes les plateformes d’appareils mobiles[1]. Il s’agit d’une œuvre de réalité augmentée que McDonald propose dans chaque ville où elle présente Valley of the Deer. Les visiteurs peuvent ainsi faire surgir dans leur quartier des personnages sortis de leur contexte d’origine. La capture d’écran permet d’archiver ces apparitions et d’en faire des œuvres autonomes qui peuvent être partagées par la communauté.


Manon Tourigny 

______

[1] Le mode d’emploi se trouve à l'adresse suivante : http://turbulence.org/Works/fromthevalleyofthedeer/.

McDonald est une artiste canadienne qui partage son temps entre New York et le Canada. Ses projets et expositions solo ont entre autres été présentés à la Esker Foundation (Calgary), à Air Circulation (New York) et à Hallwalls (Buffalo). Son travail a été inclu dans plusieurs expositions collectives, dont sur le Artport du Whitney Museum (New York) et au Edith Russ Haus for Media Art (Oldenburg). L'artiste a fait l'objet d'un documentaire radio par Paul Kennedy en 2013 diffusé sur l'émission IDEAS sur la CBC. En 2012, elle représentait le Canada au sein de la Glenfiddich International Residency, à Dufftown en Écosse. 

Cette oeuvre a été produite au Glenfiddich International Residency, à Dufftown en Écosse.

L'artiste aimerait remercier tout les acteurs et musiciens; tout particulièrement Andy Fairgrieve.

From the Valley of the Deer est une commande de la New Radio and Performing Arts, Inc. pour leur site Internet Turbulence en 2013. Cette oeuvre a été financée par la Jerome Foundation (célébrant l'esprit créatif des artistes émergeant depuis maintenant 50 ans) et par le Conseil des arts du Canada. L'artiste remercie aussi Naomi Potter, commissaire et directrice pour la Esker Foundation.

Salle 1
  • Jillian McDonald
VALLEY OF THE DEER

EXPOSITION /
15 JANVIER AU 21 FÉVRIER 2015

VERNISSAGE /
JEUDI 15 JANVIER, 20H